Un transport à haut risque

0

Transporter un cheval dans un van ou une remorque peut sembler facile et pourtant des accidents sont vite arrivés…
Voyager avec son cheval est probablement un des rêves les plus souhaités par les cavaliers. Avoir son 4×4, atteler son van et partir à l’aventure (concours, plage ou forêt) ne semble pas particulièrement compliqué. Et pourtant…

Si l’on en croit cette histoire complètement folle arrivée à une dame de Québec, transporter un cheval peut être dangereux… J’ai pu lire l’histoire sur le site Canoe. Apparemment, alors qu’elle roulait à 100 km/h, son cheval (se trouvant dans une remorque) s’est retrouvé sur le bitume.

transport

La porte de la remorque se serrait ouverte laissant l’animal tomber sur la route. Je n’imagine même pas la peur qu’elle a du avoir. Le cheval a survécu à cet accident, mais bien évidemment il a eu de sérieuses blessures : mâchoire et dents cassées, vertèbre déplacée et de nombreuses entailles. Je n’épiloguerai pas sur les responsabilités parce que je n’en ai aucune idée… Ce qui est sur c’est que ce genre d’accident peut arriver, la preuve.

La législation des transports d’équidés

D’ailleurs, nous avons en France des obligations en matière de transport de chevaux (ou de tout autre animaux d’ailleurs).

Il existe le permis E, qui est obligatoire à partir du moment où vous tractez une remorque de plus de 750 kg (poids de la remorque + poids de la charge). Ce permis n’est pas obligatoire si le poids de la remorque chargée ne dépasse pas celui du véhicule qui tracte (code de la route). Mais il faut aussi faire attention au « poids roulant total autorisé » (PTRA)… Cette information dépend du type de véhicule qui tracte. C’est en fait le poids du véhicule + remorque + charge…

Depuis 2008, si vous transportez des animaux pour un motif économique (éleveur qui va vendre un cheval ou propriétaire qui conduit son cheval au champ de course par exemple) sur plus de 65 km, il faut avoir un Certificat d’Aptitude Professionnel pour le Transport d’Animaux Vivants (CAPTAV).

Pour les personnes souhaitant se former et en savoir plus sur la réglementation des transports, les Haras Nationaux organisent une formations  » Manipulation, contention et transport de chevaux » en février. Cette formation est un possible préalable à l’obtention du CAPTAV.

Une petite histoire en passant…

Un matin où nous devions emmener les chevaux de course pour les entrainer à la plage, mon amie attèle le van au 4×4 (comme d’habitude j’ai envie de dire). Les 2 chevaux montent dans le van et nous partons. Et au bout de 5 mètres, boum, le van se détache…
Comme vous l’aurez compris, il avait été mal attelé et est tombé lorsque nous avons commencé à rouler. Nous avons eu une belle frayeur mais les chevaux n’ont rien eu. Comme quoi il faut toujours être vigilant, surtout à 5 h du matin… 😉

Des sites utiles

1 COMMENTAIRE

  1. Oui, pas de tout repos ! et parfois on ne sait pas pourquoi…. que les vendeurs de chevaux sachent que quand j’achète un cheval, outre ses qualités de saut etc… il subira le test du voyage en remorque…seul et à deux…..
    Ce matin nous avions un poney et un cheval, ce dernier côté conducteur….après 200 m..du raffut à l’arrière, STOP d’urgence, ouverture de la porte arrière et de la barre du cheval paniqué, mon fils entre par la porte de côté pour tenter de le détacher et rien à faire, le cheval est devenu dingue…est monté, passé au dessus de la barre et s’est plongé dans l’ouverture de la porte, les postérieurs coincés au dessus de la barre avant et la tête sur le bitume…seule solution… retirer la barre de ses gonds pour libérer le cheval de l’arrière (adrénaline décuplant ma force pour y arriver)…et ouff miracle tous dehors !…résultat, quelque contusions mais rien de grave.
    Une chose qui aurait du être tentée; fermer la porte avant pour que le cheval vise la sortie arrière !

  2. Le transport peut se transformer en un véritable enfer pour les chevaux. Et la vigilance n’est parfois pas suffisante… J’ai vu deux chevaux sortir en sang d’un van suite à un voyage d’une heure : la porte qui séparait la sellerie des chevaux s’est ouverte et le matériel avec la vitesse est tombé sur les chevaux (selles, matériel de pansage…). Dans la panique, les chevaux ont réussit à se détacher et la barre centrale est tombée…
    Bref des mois de soins et une véritable phobie du van pour les deux chevaux…
    Bonne journée
    Anne

Laisser un commentaire