Feeding Frenzy 2

0

Y’a pas à dire, la nature est merveilleuse, si belle et si paisible. Venez vous promener en toute quiétude dans les fonds marins avec Feeding Frenzy 2 !

Non, en fait je déconnais. La nature c’est un putain de champ de bataille où la seule chose qui compte c’est de sauver sa peau. La devise de la nature c’est «manger ou être mangé», et ça tombe bien parce que c’est exactement le principe de Feeding Frenzy 2. Vous contrôlez différents poissons (5 espèces différentes au total) lancés à la poursuite d’un mystérieux monstre marin tout au long des 60 niveaux que comporte l’aventure principale. Dans chacun, le but est de manger les plus petits que soi, tout en évitant d’être croqué par les plus gros, jusqu’à devenir le plus gros poisson du récif. En bref, un simulateur d’ultra-libéralisme (et hop, un point José Bové dans mon compte Smiles).

Une filiation à assumer

Feeding Frenzy 2 est un jeu d’arcade 2D disponible sur le XBLA (et sur le PSN) développé par PopCap Games. Les joueurs de bon goût, et ceux qui ont parcouru cet article, auront reconnu les développeurs de l’excellent Plants Vs Zombies sorti l’an dernier sur PC et iPhone, et sautilleront gaiement sur place devant leur écran, grillant par la même occasion des années d’efforts passées à avoir l’air respectable. Avec une telle paternité, un principe intéressant et un prix attractif (400 MS Points), Feeding Frenzy 2 possède déjà a priori quelques atouts dans sa manche pour faire son trou parmi la masse des jeux du XBLA, de quoi au moins se jeter à l’eau pour aller voir ce que réserve la bête.

Là il faudrait un titre marrant et/ou intelligent. Ou pas.

En plus du mode aventure classique (en normal ou en facile, au choix), où l’objectif est de boucler les 60 niveaux avec un nombre de vies limité, Feeding Frenzy 2 propose un mode Chrono où vous pourrez mourir tant que ça vous chante mais où vous devrez prendre garde à terminer les niveaux dans le temps imparti. Une bonne idée pour allonger la durée de vie qui propose une façon de jouer différente et qui, en plus, n’a pas dû demander trop d’efforts aux développeurs. Le jeu dispose également de plusieurs modes multijoueurs jouables jusqu’à 4 joueurs en local (et pas de online ici). On retrouve le mode aventure décrit plus haut ainsi que des mini-jeux permettant d’affronter ses amis et de devenir le roi du récif. Idéal pour pécho. Ou pas.

Comme tout jeu d’arcade qui se respecte, le but ultime est de scorer un maximum de points pour imposer son high score à la face du Monde. Enfin, de votre petit monde à vous hein, parce que sans mode en ligne pas moyen de checker les scores des autres joueurs. Pour marquer un maximum de points, il faut réussir à remplir une jauge de «Frenzy» en mangeant rapidement une grande quantité de poissons (attention les enfants, ne faites pas ça chez vous). Une variation autour du classique système de combo en quelque sorte, et qui fonctionne toujours aussi bien. Malgré tout, je doute fort que beaucoup de joueurs se battent pour atteindre un score parfait vu que le titre de PopCap Games se révèle assez répétitif à la longue, surtout dans le derniers tiers de l’aventure. Spécial dédicace aux trois ou quatre affrontements contre le boss…

Toutefois, si FF2 ne vous scotchera pas des jours et des nuits sur votre canapé, il reste un jeu très sympathique et plutôt bien réalisé compte tenu de son prix. Je n’ai d’ailleurs pas eu à me forcer pour le boucler entièrement. Je n’y reviendrais certainement pas souvent mais au moins j’ai passé un bon moment, notamment en parcourant le mode aventure avec ma chère et tendre d’habitude complètement indifférente à la chose vidéoludique. Et rien que pour ça, merci Feeding Frenzy 2 !

Pour conclure, je dirais que le titre de PopCap Games est parfaitement calibré pour le XBLA. Bien sûr ce n’est pas le plus beau, ni le plus original des jeux disponibles sur le marché de la Xbox mais son rapport qualité/prix en fait un honnête candidat pour tuer un après-midi ou deux en famille, notamment grâce à ses mini jeux qui vous changeront agréablement des Lapins Crétins et autres Wii Sports.

Merci à PopCap Games de nous avoir permis de réaliser ce test.

Laisser un commentaire