Infection urinaire, c’est ma bière et j’en suis fier

4

Vous allez assister au début d’une révolution gustative sans précédent.

Parmi les rêves les plus partagés par l’humanité on trouve dans l’ordre :
– Ouvrir un bar,
– Vivre de sa passion,
– La paix dans le Monde (facultatif).

Puisque nous sommes des gens particulièrement en phase avec notre époque, mes potes et moi nous inscrivons parfaitement dans cet idéal. Et comme nous sommes des gens particulièrement visionnaires on a un projet bien plus ambitieux que je vais vous révéler ici et maintenant. Attention, vos rêves vont vous paraître bien fades en comparaison !
Nous allons ouvrir le premier bar-brasserie-jeu vidéo-laverie-jeux de société-cinéclub-quiz-ferme bio-fromagerie-laser quest-karaoké mono chanson-catch. Et bim !

Les petits ruisseaux font les grandes rivières

Comme nous sommes des gens particulièrement réalistes, il nous a paru opportun de commencer petit avant de monter en puissance et de réduire l’humanité en esclavage. La première étape de notre 8è merveille du monde est aussi la plus savoureuse : brasser notre propre bière.

En attendant d’avoir nos propres installations (le rachat du Grand Palais est en discussion), nous nous sommes rendus dans le sud sauvage (de l’Île de France) à la brasserie de Marcoussis. Elle a la particularité d’être très facile d’accès en transport en commun depuis Paris puisqu’il suffit de pendre le métro. Puis le RER B. Puis un bus qui passe une fois par heure et qui s’arrête à 19h. Puis traverser une zone artisanale. Puis contourner un étang louche. Puis traverser un bois par un chemin boueux. Heureusement en chemin il y a de quoi se divertir en jouant à « combien d’épaves de voiture sont cachées dans le sous bois ? » ou en fraternisant avec les gamins qui s’amusent à casser des bouteilles en verre en criant en continu « On va vous tuer ! On va vous tuer ! On va vous tuer ! »
Tout est véridique mais faut pas s’inquiéter hein, on est tous arrivés en un seul morceau. Enfin presque…

Les bonnes choses se méritent et notre bière ne fait évidemment pas exception !

Et Dieu créa la bière

Comme nous sommes des gens particulièrement en avance sur notre temps nous sommes bien sûr arrivés en avance pour prendre l’apéro. « Avant l’effort, le réconfort » comme dirait l’autre. Nous étions ensuite en pleine forme pour attaquer le brassage de la meilleure bière du Monde, la nôtre.

Première étape, le choix du grain. Et bim de l’orge, de l’orge everywhere ! De l’orge germé puis séché pour être précis.

Le saviez-tu ? Il suffit de 3% de grains caramel ou chocolat (séchés plus fort en gros) pour obtenir une bière brune. Amazing, isn’t it ?

Ensuite place au brassage ! L’orge est plongé dans un brassin d’eau et la mixture est portée à 68° pendant une heure pour que les enzymes puissent faire leur boulot. Il faut bien sûr mélanger régulièrement et ne pas oublier d’hydrater l’opérateur en abondance.

Après un chauffage à 75° pendant 10 minutes il est temps de filtrer le breuvage avec amour et délicatesse. On répète l’opération plusieurs fois pour éliminer les particules en suspension et retirer un maximum de substance de notre grain parce qu’on va pas gâcher !

Puis c’est parti pour une heure d’ébullition. C’est à cette étape qu’intervient le fameux houblon qui fait de la boisson fermentée une bière. On en profite pour ajouter quelques éléments aromatiques pour personnaliser la mixture et c’est parti !

Le saviez-tu ? On peut remplacer le houblon par d’autres plantes mais le résultat ne sera plus de la bière, ce sera de la cervoise ou whatever.

Brassage, filtration, ébullition et maintenant : VORTEX ! On crée un tourbillon dans le brassin pour séparer les particules lourdes et on récupère le reste dans une cuve bien propre pour éviter que des bactéries viennent parasiter la fermentation. Ce serait con d’avoir fait tout ça pour rien ! Ensuite on ajoute la levure et on laisse le cocktail fermenter quelques semaines dans son coin avant de revenir mettre le tout en bouteilles.

Les Experts Marcoussis

Comme nous sommes des gens tolérants, nous n’avons pas planché sur une mais deux bières : une blonde et une brune (exactement comme dans tes fantasmes petit coquinou). La promesse de 40 L d’un nectar merveilleux qui débouche les artères et garantit le retour de l’être aimé !

Et comme nous sommes des gens créatifs on a décidé de créer nous-mêmes nos étiquettes. Prepare to be amazed :

Ça donne soif, hein ? Bon le nom a finalement été changé, Infection Urinaire c’était pas assez vendeur apparemment !

Comme nous sommes des gens bien organisés nous avons embouteillé la veille de la Saint Patrick. Parfait ! Sauf que…

A ce stade la bière est plate, sans bulles, et il va falloir attendre encore 2 mois pour que le mélange arrive à « maturité » directement dans la bouteille. SURPRISE MOTHERFUCKERS !

See you dans 2 mois bande d’alcoolos !

En cherchant des illustrations pour l’article je suis tombé sur un reportage consacré à la Brasserie de Marcoussis si vous voulez en savoir plus :

4 COMMENTAIRES

  1. Je connais (pas personnellement) Claude Brasseur. ça peut cherma ? J’ai déjà vu aussi à la télé Pierre PasJambefrère… Pour revenir au début de ton texte, je confirme. J’ai un pote qui vit de sa passion dans un bar qui s’appelle La paix dans le Monde. Au début, il l’avait baptisé le pet dans l’immonde. Etrangement, ça marchait pas. C’est fou comme histoire… Lors de votre périple, vous n’avez pas croisé un petit garçon à la tête bizarre genre Délivrance qui jouait du banjo ? Vous n’avez pas entendu un cochon couiné au fon des bois genre Délivrance ? Non ! C’est dommage…. Autrement, je vais signaler ton papier aux services de François (Non pas le président, le vieux monsieur qui s’habille tout en blanc). Je suis franchement outré de lire que vous vous prenez pour Dieu.

Laisser un commentaire