Jeremy McGrath’s Offroad

0

Les jeux de voitures sur consoles de salon sont foison. Sans un budget XXL, difficile de lutter face aux ogres du genre, même si certaines bonnes idées bien réalisées (oui je pense à Motorstorm RC) permettent à de plus petits titres de sortir du lot. Est-ce le cas pour Jeremy McGrath’s Offroad ?

Sur le papier, tout partait bien : un jeu de rallycross arcade plutôt joli comprenant 5 classes de véhicules customisables, 6 pistes sur des revêtements différents (terre, sable, neige) avec un mode carrière et du jeu en ligne c’est plutôt alléchant. Malheureusement pad en main, Jeremy McGrath’s Offroad ne tient pas toutes ces promesses.

Joli, le jeu l’est plutôt. Les décors sont détaillés, l’animation est fluide et sans aucun ralentissement malgré un mode 1080p et 60 images par seconde. C’est beau, mais c’est quasiment tout.

Une diversité en trompe l’oeil

Certes le jeu propose 5 véhicules différents mais aux comportements quasi identiques et aux styles de conduite vraiment similaires. Certes ces véhicules sont customisables à l’aide de points d’expérience glanés en course, mais d’une manière incroyablement grossière et sans possibilité de revenir en arrière ou de modifier la couleur de sa voiture sans perdre l’intégralité de ses améliorations. Certes le jeu propose 6 pistes différentes mais elles se ressemblent énormément et présentent d’énormes incohérences de game design (il est bien souvent préférable de couper les virages quitte à foncer dans les barrières plutôt que d’opter pour une conduite propre).

jeremy-mcgrath-s-offroad-playstation-3-ps3-1331562210-009

Comme dans tout jeu d’arcade, ne comptez pas abimer votre voiture puisque la gestion des dégâts est inexistante. Du coup, le pilotage le plus efficace et bien souvent le plus bourrin, récompensant ceux qui choisiront de percuter à 200 kms/h la voiture de devant plutôt que ceux qui tenteront de freiner proprement. On notera d’ailleurs une gestion des collisions un peu bancale, vu que votre voiture encaissera de la même manière une botte de foin, une boule de neige version XXL, un rocher énorme ou une moissonneuse batteuse de la même manière. Oui oui, une moissonneuse batteuse s’amuse par moment à couper le circuit en deux…

Les sensations sauvent le jeu du naufrage

Dois-je vraiment vous parler de la traduction douteuse (l’aide passe son temps à me parler d’un turbo qui n’existe pas), du manque de jeu multi en local ou de bugs sonores persistants (après un saut, le son de la voiture qui retouche le sol se produit facilement une seconde avant l’image) ?

Pour autant, faut-il jeter Jeremy McGrath’s Offroad à la poubelle ? Et bien non. Car malgré tous ces soucis, j’ai vraiment pris du plaisir pendant ma session de test. Car les développeurs n’ont peut être réussi qu’un seul aspect de leur jeu mais il est important : j’ai pris mon pied en conduisant ! La vue « capot » est vraiment réussie et offre une sensation de glisse très bien rendue, rendant la conduite nerveuse, précise et vraiment très fun. C’est d’autant plus étonnant que les autres vues (avec une palme pour les vues extérieures) ne rendent absolument pas les mêmes sensations de conduite, avec des véhicules qui apparaissent alors rigides au possible.

jeremy-mcgrath-s-offroad-playstation-3-ps3-1331562210-010

Non, Jeremy McGrath’s Offroad n’est pas un très bon jeu. Il est même à la limite de l’acceptable sur plusieurs aspects. Mais il sauve l’essentiel avec des sensations de conduite vraiment très agréables en vue « capot » et offre finalement une bonne dose de fun. Plus que pour n’importe quel autre jeu, essayez une version démo avant de vous décider, car à l’heure ou j’écris ces lignes Jeremy McGrath’s Offroad coûte tout de même aux alentours de 10€, pour un mode carrière qui se termine en moins de 2h chrono.

Ma note : 5/10
Jeu disponible sur Xbox360 et PS3. Version testée : PS3. Merci à 2XL Games pour l’envoi d’une version de test.
Prix : environ 10€.

Laisser un commentaire