L’agence

4

« On fait quoi ce soir ?

  • Tiens, si on allait au ciné. Ca changera de d’habitude.
  • Ho oui, riche idée ma chérie. Mais qu’est ce qu’ils passent de beau à Porticcio?
  • Heuuu l’agence je crois avec Matt Damon
  • Youpi, allons-y »

GoGo Gadget au pitch

David Norris (Matt Damon) est un beau jeune homme à l’avenir prometteur, qui brigue un poste de sénateur de l’Etat de New York.
Lors de la soirée des résultats électoraux, où il apprend sa défaite, il fait la rencontre d’Élise (Emily Blunt), une danseuse pleine de joie de vivre. Le coup de foudre entre les deux êtres est immédiat. Ils se perdent cependant de vue.
Par hasard, Élise et David se rencontrent de nouveau dans un bus, un matin. Mais ce matin là, les choses n’auraient pas du se passer comme ça. Il n’aurait jamais du recroiser la route de cette femme.

Des agents mystérieux expliquent alors à David que chaque personne a un plan de vie et que la mission, qui leur est dévolue, est de réajuster les trajectoires déviantes. Pour réguler son circuit, David ne doit pas revoir Élise.
Mais il est sûr qu’elle est la femme de sa vie… Que faire ?

Un destin tout tracé

Le film traite donc du destin de chacun. Quoique l’on fasse, le bureau de réajustement est là pour que le destin qui a été choisi pour nous se réalise en bonne et due forme.
L’intérêt général est donc supérieur à l’intérêt individuel. Et pour permettre à la société de tenir debout et à l’humanité de ne pas s’autodétruire, ces agents doivent intervenir.

Ils nous observent en cachette dans le monde entier, se mêlant à la population. Ca fait peur hein ? De quoi devenir parano !

Le libre-arbitre serait donc réduit à néant. Chaque acte, a priori librement consenti, rentre dans un enchaînement préconçu. Sortir du plan n’est donc pas évident, mais grâce à ces agents, nous réintégrons le droit chemin sans même nous apercevoir que nous avions fait une sortie de route involontaire.

Réalité ou science fiction ?

Nous sommes tiraillés entre deux univers : réalité et science fiction. Ce film est réalisé dans un décor très actuel. Cependant une petite touche d’anachronisme s’invite à la liste des ingrédients. Les agents de cette agence sont en fait tout droit sortis des Incorruptibles avec leurs longs imper rétro et leurs Trilby so class ! Trilby qui sont des personnages du film à part entière.

Ces agents, en plus de paraître beaux gosses des 30’s,  ont des pouvoirs surnaturels : provoquer des accidents de café, se téléporter dans des lieux en passant des portes… Ce petit mélange d’ancien et de futuriste renforce le mystère autour de ces agents très spéciaux.

Romantisme quand tu nous tiens

C’est beau deux tourtereaux fous amoureux prêts à tout pour sauver leur idylle. Mais bon, ça ne se passe bien que dans les films. A courir partout, Matt Damon nous montre que c’est aussi seulement dans les films qu’on peut s’adonner à un marathon d’1h47 sans transpirer, en restant séduisant et odoriquement attirant pour sa partenaire.

Au final, on ne se pose pas tellement de questions que ça. On est même plutôt frustrés du fait que les agents sont dans l’ombre et que quoique l’on fasse, on se fera réajuster. Seul David sait qu’il peut avoir un impact sur sa vie en faisant certains choix. Le commun des mortels, n’a pas connaissance de cela, et à force de se prendre une tasse de café sur sa chemise, finira par suivre le chemin qui lui a été choisi.

Le film est beau de par son esthétique. Les personnages sont beaux et sympathiques. La plastique d’Emily Blunt en fera rêver plus d’un… Les deux amoureux nous entrainent dans leur romance. Un bon petit moment à passer au cinéma. Divertissant.

4 COMMENTAIRES

  1. Parce que franchement, tu penses que quelqu’un te croirait si tu racontais qu’une société secrète nous espionne? 😛
    Et puis c’est pas n’importe quel type, c’est Matt Damon quand même!

  2. David Norris, seriously ? Y’a des motos avec des lance-roquettes au moins ?

    Il m’a l’air un brin bancal le scénario, je me trompe ? On dirait un sous Matrix sans les bonnes idées.

    • Ha non, pas d’effusions de sang ni de cascades spectaculaires… Désolée. Limite, ça aurait pu être un film Disney.

      Un sous Matrix… non plus… là on comprend tout du premier coup sans nœud au cerveau. L’acteur principal, c’est l’Amour avec un grand A! It’s so cut! 🙂

      • Ce qui a l’air bancal c’est le coup de la super société secrète qui grille son secret en allant tout raconter à un type dans la rue^^

Laisser un commentaire