Le mieux est l’ennemi du bien

Qu’elle a l’air naïve cette petite phrase que je répète à longueur de temps à Barbara comme à Florence. Elle paraît presque idiote et démodée. Pourtant elle résume assez bien la philosophie de vie que j’essaie de faire mienne à longueur de temps. Drôle de devise pour un perfectionniste tel que moi.

Car en ce moment je peine à l’appliquer au quotidien tant les projets professionnels, associatifs et personnels se multiplient. Dans une période ou le temps consacré à chacun des projets que je souhaite mener à terme se raréfie, il est difficile de s’imposer un degré d’exigence élevé pour chaque tache. Et parfois, plutôt que de faire à moitié, je décide de ne pas faire du tout. C’est une cruelle erreur et le premier à en pâtir à été le blog familial.

Un an sans bloguer

Rendez-vous compte : si l’on excepte une ridicule petite news, sorte de dernier gémissement avant le dernier souffle, voilà un an complet que je ne suis pas venu écrire par ici. 12 mois, 52 semaines, 365 jours sans le moindre écrit, voilà qui fait tâche sur un blog qui s’enorgueillit de compter pas moins de 1 212 articles publiés ! Une éternité.

Alors comment faire pour inverser la tendance ? Et bien reprendre possession de cette doctrine de vie, « le mieux est l’ennemi du bien », et accepter de faire même si ce n’est pas parfait et que c’est assez loin de mes objectifs initiaux. Accepter de simplifier le propos, accepter de redevenir humble, accepter de ne plus avoir la productivité d’antan, accepter d’écrire sans se censurer parce que le sujet est dépassé ou pas suffisamment argumenté. Accepter de revenir aux bases du blog.

Le p’tit coup de peinture habituel

Les vieux lecteurs y sont habitués, j’ai un besoin et presque une pulsion maladive de vouloir changer l’apparence du blog à chaque mouvement d’humeur. A chaque fois, le simple fait de refaire la déco me donne un petit coup de boost, marque un nouveau départ, et me mets en joie comme un écolier qui découvre à la rentrée ses cahiers tout neuf. Mais là encore, le temps nécessaire à cette opération est souvent un gouffre alors il a fallu faire des choix et décider à nouveau de simplifier le propos.

Ainsi, même si je suis très satisfait de ce nouveau design, j’ai conscience qu’il est perfectible. Quelques soucis de traduction de plug-in persistent ici et là, certains anciens articles ne s’affichent pas de manière optimale, j’ai perdu une grande partie des articles « vidéo », et après ? Est-ce que ça m’empêche d’écrire, est-ce que ça vous empêche de lire ? Au final le résultat est, je trouve, plutôt plaisant et reflète bien l’orientation que nous souhaitons donner à cet espace : perdre le coté « magazine » et retrouver l’ambiance du début des blogs.

Dans la même veine, plusieurs choix forts ont été faits par l’ensemble de la famille de geeks que nous sommes. Le plus marquant est principalement celui d’abandonner la notation lors de nos critiques. Nous souhaitons pouvoir partager avec vous plus régulièrement nos avis sans entrer dans un carcan rigide de la note finale. Et puis cela nous autorisera également l’honnêteté de ne pas véritablement avoir d’avis précis dans certaines situations.

Mine de rien, le blog fêtera dans quelques jours ses 12 ans ! Il n’est certes plus aussi vaillant que lors de ses plus belles années mais croyez moi, il bouge encore.