Nitronic Rush (PC)

2

Alors que les premières écoles dédiées à la formation dans le domaine des arts numériques commencent à faire leur trou en France, cela fait un bon moment que des établissements de ce genre existent ailleurs, notamment outre Atlantique. Ces formations intègrent le plus souvent dans leur cursus des projets qui consistent en général à créer de toute pièce un jeu vidéo. S’il est assez bon, il est présenté lors des différents salons portant sur jeu vidéo indépendant, comme le très célèbre IGF (Independant Game Festival). Une des écoles ayant connu le plus de réussite est sans hésiter la DigiPen (on ne rigole pas au fond, merci), qui cette fois ci nous surprend avec un jeu complètement fou : Nitronic Rush. Sous ce nom un peu énigmatique se cache en fait un jeu de course très innovant dont le gameplay s’inspire des jeux de plate-forme de type « die & retry » à l’instar de Super Meat Boy ou VVVVVV.

 

 

Car si dans le premier Need For Speed venu votre objectif est de finir devant vos adversaires, dans Nitronic Rush vous êtes tout seul sur la piste et la seule chose que vous avez à faire est de terminer le niveau en un seul morceau ! Et je peux vous dire que c’est loin d’être gagné car le design des circuit, s’il est assez standard pour les premiers, devient littéralement cauchemardesque dès que la difficulté augmente. Cela est notamment du au maniement du véhicule, très complexe, qui permet non seulement de sauter à volonté mais également de totalement contrôler l’orientation et la trajectoire du véhicule pendant un saut. Du coup, les level designer se sont permis des petites fantaisies incroyables de sadisme qui font passer les pires circuits de Trackmania pour une ballade en forêt un dimanche après-midi. Je pourrai par exemple citer les obstacles (murs, scies circulaires…) qui apparaissent devant vous alors que vous êtes à pleine vitesse et qui pulvérisent votre véhicule au moindre contact. Il y a encore le circuit qui d’un coup vous impose pour continuer de retourner la voiture à la main pour atterrir la tête en bas sur ce qui était le plafond avec une précision millimétrée sous peine de se crasher comme un vulgaire étron. Ajoutez à ça une sensation de vitesse impressionnante, et vous obtenez une difficulté vraiment relevée.

 

 

Le jeu pourrait alors être un summum de frustration, mais il est sauvé par les mécanismes qu’il emprunte brillamment aux jeux de plate-forme : la présence de check-points, placés intelligemment, qui permettent de ne pas se retaper le niveau en entier à chaque mort et une jouabilité d’une précision chirurgicale. De cette façon chaque sortie de piste n’est ni pénalisante, ni due à une déficience de jouabilité ou un autre soucis intrinsèque au jeu. Du coup, on explose souvent son véhicule (et son pad sur le mur aussi) mais on a tout le temps envie de recommencer (enfin, si le pad est encore entier) car on sent que la marge de progression est là. En ce sens, le titre me fait réellement penser à Super Meat Boy avec un gameplay mêlant l’apprentissage rigoureux des circuits, un entraînement poussé au maniement du véhicule et une belle dose de réflexes.

 

Un dernier mot sur l’aspect technique du titre, qui est à mon sens un réel sans faute. Avec un design graphique à mi-chemin entre P.O.D. (pour la voiture) et surtout TRON (pour tout le reste), le rendu est vraiment très convaincant. Qui plus est le moteur graphique, entièrement programmé à la main par les étudiants, est bien optimisé et tournera sur la plupart des machines actuelles. La musique quant à elle, très électro (qui fait d’ailleurs pas mal penser à la BO de Daft Punk du film de Disney), accompagne l’action à merveille et colle parfaitement avec l’esthétique high-tech adoptée par le soft.

 

Ah, et oui, petite bricole de rien du tout que j’ai oublié de préciser : c’est gratuit.

 

Donc cherchez pas plus loin, et cliquez ici pour vous le procurer !

 

2 COMMENTAIRES

    • Nope !

      Par contre ouais, on peut mettre son ghost, mais encore une fois, le premier objectif est d’être capable de terminer chaque niveau. Après tu peux aller tater du scoring en faisant des figures et en améliorant tes temps, mais ce n’est pas le cœur du gameplay

Laisser un commentaire