World of Goo

8

Les jeux indépendants se multiplient sur PC, et World of Goo fait parti des plus populaires du genre. Il faut dire que le titre véhicule parfaitement les valeurs primordiales qui font le succès de cette tendance : accessibilité, jouabilité originale et atmosphère envoutante.

1 – World of Goo est un jeu de construction

Sorti en septembre 2008 via téléchargement, le titre édité et développé par 2DBoy Interactive existe également en version « boite » depuis septembre 2009. Il est disponible sur PC / Mac mais également sur Wii. World of Goo est un jeu de réflexion particulièrement original dans lequel il faudra construire des structures soumises aux lois basiques de la physique (poids, rigidité…) pour atteindre la sortie de chaque niveau.

2 – Tout public

World of Goo est classifié 3+ par le système PEGI. Ce classement est totalement justifié par l’univers enfantin et totalement non violent du jeu. De plus, la prise en main est instantanée et conviendra très bien aux enfants en bas âge. Attention cependant à la difficulté qui est certes progressive et bien dosée mais qui demandera peut être un peu trop de patience et d’abnégation de la part des jeunes utilisateurs !

3 – Un principe de jeu novateur

L’objectif de World of Goo est de mener toute une colonie de petites boules visqueuses (les goo) vers la sortie de chaque niveau tout au long d’une aventure décomposée en cinq chapitres. Les goo ont la particularité de pouvoir s’attacher les uns aux autres. Il faut alors fabriquer une structure constituée des goo eux-mêmes pour les mener à destination en prenant garde à ce que l’ensemble ne s’effondre pas. Chaque niveau impose de sauver un certain nombre de goo.
La plupart des goo ne pouvant se détacher de leurs congénères, le but du jeu va donc être d’utiliser savamment un minimum d’entre eux afin d’être certain d’amener les autres vers la sortie !

4 – Un plaisir de jeu sans cesse renouvelé

Ces petites énigmes basées sur la physique ne représentent cependant que le principe de base d’un jeu capable de surprendre à chaque instant. Les niveaux de départs sont tous très simples, ne demandant en général que de construire un pont ou une tour avec les goo pour rejoindre la sortie. Mais très vite le jeu se diversifie en introduisant de nouveaux types de goo comme les rouges, capables de prendre feu, ou les roses, se comportant comme des ballons de baudruche. Chaque nouveau type de goo donne lieu à de nouvelles énigmes renouvelant sans cesse l’expérience de jeu et empêchant systématiquement la lassitude de s’installer.

5 – Une réalisation simplement parfaite

Chaque chapitre du jeu est doté d’une ambiance particulière dans laquelle les goo vont évoluer. Mais ce qui impressionne le plus, c’est le soin apporté à chaque détail du jeu. Cela va des bruitages (mention spéciale aux bruits émis par les goo) aux graphismes, pourtant réalisés avec peu de moyens (et donc tournant sur la quasi-totalité des PC actuels), en passant par la musique, toujours parfaitement dans le ton.
Le jeu n’est pas non plus dénué d’humour avec les interventions souvent hilarantes du « sign painter » servant à la fois de tutoriel et de source d’indice pour résoudre chaque niveau. Une véritable alchimie se créé et il est impossible de ne pas se sentir concerné, voire ému par le sort de ces pauvres petits êtres visqueux au fur et à mesure de leur aventure.

8 COMMENTAIRES

  1. C’est clair 😉

    C’est plus un abus de langage de ma part. Disons que ça convient aux enfants tout court ;). Et ça convient aussi aux parents !

  2. Alors j’ai essayé hier soir et j’avoue que c’est pas mal du tout.
    C’est pas hyper simple quand même. Donc « enfants en bas âge », tout dépend. Je vois mal Florence (4 ans) y jouer… 😉

    Sinon merci de nous avoir fait découvrir ce jeu BDL !

  3. Oui il y a de ça en effet, mais il remet le concept au gout du jour en y ajoutant un moteur physique véritablement au service du gameplay (dans le sens où ça permet de le diversifier).

    Mais ressemblance avec les Lemmings ou pas, il faut quand même foncer ! ^^

Laisser un commentaire