Bientôt la rentrée au poney-club !

0

Voici mes petits conseils de début d’année concernant la pratique de l’équitation : idées reçues, choix du poney-club, achats utiles, …

En général, la rentrée des classes rime avec l’inscription à une ou plusieurs activités physiques à pratiquer tout au long de l’année. C’est le cas pour notre petite Florence, qui va de nouveau pourvoir faire du cirque mais qui va aussi « normalement » faire du poney…

La règle d’or en ce qui concerne toutes sortes d’activités physiques ou culturelles : respecter le choix de l’enfant. C’est tout bête mais ça évitera des dépenses inutiles (achat de matériel).

Florence dans le champ

Pourquoi faire du poney ou du cheval ?

La pratique de l’équitation chez les enfants est positive pour plein de raisons. Je n’en cite que quelques unes…

Le développement de la motricité : la coordination des mains et des jambes ou l’équilibre s’acquiert de manière très ludique. Monter à poney constitue une très bonne base équestre mais pas seulement. Par ailleurs, contrairement à une idée reçue le poney ne fait pas forcément mal au dos…
Le rapport à l’animal : le poney peut devenir un confident de choix pour raconter ses malheurs. Et s’il on est agressif envers lui il ne coopère plus. L’enfant se trouve alors quasiment obligé de rester calme pour pouvoir faire les exercices.
Le rêve que cela procure : les enfants peuvent jouer à la princesse et au chevalier pour de vrai.

Pas forcément un sport de riche…

Si votre enfant souhaite faire du poney ou du cheval, n’imaginez pas que c’est obligatoirement très cher. Bien souvent on pense que le poney ou le cheval c’est un sport pour les gens qui ont beaucoup d’argent. C’est effectivement plus cher que de faire du football ou du basketball. Mais ce n’est pas forcément hors de prix. Vous pourriez avoir de bonnes surprises.

Les cours pour poney en groupe coûtent entre 9 et 15 euros. Le prix varie souvent en fonction du nombre de cours que vous achetez (carte de 5 ou 10 séances).
Il faut savoir qu’un cours par semaine est largement suffisant pour faire du poney en loisir.
Si votre enfant souhaite faire de la compétition c’est autre chose… Et si vos finances ne suivent pas vous aurez quelques tensions à prévoir.

mainsdeflo

Le choix du poney-club

Je vous conseille de faire le tour des poneys-club ou centres-équestres proches ou moins proches de chez vous. Parfois il vaut mieux faire 10 km de plus et trouver un endroit sympa que de faire au plus près. Comment savoir que c’est le bon poney-club ? C’est assez complexe et facile à la fois.

Le poney-club ou le centre équestre doit être affilié à la Fédération Française d’Équitation (logo présent obligatoirement). Vous pouvez faire une recherche sur le site de la FFE.
Il doit y avoir aussi indiqué les diplômes des personnes encadrantes.
Dans tous les centres équestres il y a au minimum un moniteur d’équitation (BEES1 ou 2 et BPJEPS Équitation ou Tourisme équestre). Parallèlement il peut y avoir un BAP (Brevet d’animateur poney) ou un BAPAAT Équitation (Brevet d’Aptitude Professionnelle d’Assistant Animateur Technicien) qui sont sous la responsabilité du moniteur d’équitation).

Regardez ensuite l’état général du club. Les poneys ne sont-ils pas trop maigres ? Même si vous n’avez jamais vu un poney de votre vie vous le verrez facilement.
Y-t-il un système d’arrosage dans la carrière (pas forcément utile dans les endroits où il pleut souvent) ? Y-a-t’il un club-house ? C’est un terme un peu pompeux qui désigne un endroit où les enfants et les parents peuvent se retrouver pour manger un goûter ou s’abriter de la pluie.
Allez faire un tour dans la sellerie et regardez l’état du matériel. Si déjà l’aspect du poney-club est bon c’est un premier point.

Autre question toute bête qui donne une bonne idée de la « mentalité » du club : les personnes présentes sont-elles sympa ? Si vous recherchez un club « familial » il faut bien s’y sentir.

D’autre part quelles activités sont proposées ? Pour les petits, les cours en carrière c’est bien mais y-a-t-il des activités de pony-game (jeux à poney), voltige, randonnée ou attelage ?
Pour les plus grands est-ce que des randonnées, des jeux ou des petits concours d’entrainement (obstacle ou autre) sont organisés de temps en temps ?

attelage

Toutes ces activités permettent un développement encore meilleur de la motricité. L’intérêt de l’activité « équitation » prend alors tout son sens. Et même si votre enfant n’y participe pas c’est aussi un gage de qualité du poney-club.

L’habit ne fait pas le cavalier

Concernant le matériel, à part la bombe qui me semble être un achat « obligatoire » (même si tous les poney-club prêtent des bombes), il faut un pantalon de type caleçon et des bottes.

Me concernant, j’ai acheté sa première bombe à Florence chez Décathlon.
Même si elles ne sont pas aussi performantes que des GPA (marque de prestige) elles correspondent tout à fait à l’usage de petits enfants ou de débutants (qui ont une probabilité de tomber moins importante). En plus elles sont adaptables au tour de tête (de 48 à 52 cm, de 53 à 56 cm et de 57 à 61 cm) le tout pour 15 euros. Si votre enfant souhaite monter souvent et faire de la compétition il faudra lui acheter une bombe plus performante (à partir de 50 euros).

Les gilets de protections ne sont pas obligatoires. Je ne peux le conseiller qu’aux parents qui ont vraiment peur pour leur enfant. C’est un avis totalement personnel.
Je n’en ai pas acheter pour le moment à Florence. Je changerai d’avis si elle décide, plus grande, de monter « sérieusement » plusieurs fois par semaine.

Je vous conseille l’achat d’un pantalon d’équitation que votre enfant pourra salir et qui sera plus résistant qu’un caleçon au même prix. La marque Décathlon ou Belstar (vendus dans les selleries comme Padd) font de très bons produits à bas prix (à partir de 15 euros).

Pour les bottes, je prend encore l’exemple de Florence, elle a eu jusqu’à présent des bottes Charlottes aux fraises (achetée à moins de 10 euros) ou des baskets de récupération (sans chaps) et ne s’est jamais faite mal… Je lui met juste des chaussettes un peu hautes pour faire « comme les grands » et protéger un peu ses mollets. Les baskets ne sont pas idéales pour monter à poney si les étriers ne sont pas équipés de coques (de type matrix). Le pied peut rentrer entièrement dans l’étrier et ainsi se bloquer si il y a chute (il n’y pas de talon sur des baskets).

Je ne vous ai pas parlé des autres vêtements à acheter parce qu’en fait des tee-shirts, des sweats ou des pulls normaux font facilement l’affaire. Même les vestes, il suffit d’avoir dans sa garde robe une veste imperméable… Même abîmée… J’aurais même tendance à vous dire qu’il vaut mieux…
En gros, faire du poney ou du cheval ce n’est pas aller dans un défilé de mode. Et dans un club « normal » on ne critiquera pas le petit trou riquiqui de la veste ou la tache de graisse du pantalon… 🙂

En résumé : Veillez à bien choisir le poney-club ou le centre équestre où ira votre enfant (ou vous même…). Un cours par semaine est largement suffisant pour faire plaisir à un enfant.
Je vous recommande l’achat d’un casque (homologué bien évidemment), d’un pantalon d’équitation, de chaussettes hautes et de bottes d’équitation ou pas.

Pour ce qui est de ma puce, Florence à droit cette année à un joli casque « CASCO Nori » de couleur gris/noir, deux pantalons Décathlon, une paire de bottes décathlon, deux paires de chaussettes Décathlon et en BONUS un kit de pansage . Merci papeu et mamie Gene…

achats-flo

1 COMMENTAIRE

  1. Bonjour,

    Pour la bombe pas cher, je rajouterai l’argument que la tête de l’enfant peut grandir et la bombe devenir trop petite.

    Quant au protège-dos, je suis contre, surtout pour les petits qui se retrouvent limités dans leurs mouvements. De plus, les protèges-dos pas cher sont incomfortables au possible et augmente d’expérience le taux de chutes dans les cours bas-niveau.

    Très bel article !
    Bonne soirée
    Anne

  2. Oh que oui, les cure-pieds c’est facile à perdre… Je ne compte plus le nombre total de cure pieds que j’ai pu acheter…
    Un bon truc est de mettre une ficelle à foin au bout pour l’accrocher partout mais aussi le repérer plus facilement… 🙂

  3. Et pour noël, il y a un petit cadeau tout trouvé : un cure-pied (les clubs ont beau en acheter, on a toujours un mal fou à en trouver). A mon sens, les moins chers, en métal et sans brosse, sont les meilleurs. De toutes façons, le risque de le voir un jour ou l’autre perdu dans la paille est tel qu’il vaut mieux ne pas investir une fortune.
    Quant à la sacro-saint malette de pansage, elle est encombrante et peu pratique. Un bon sac en toile est moins lourd pour les petites mains… et les grandes.
    Bonne soirée.
    Cat

Laisser un commentaire