Pro Evolution Soccer 2012

4

Nous y voilà. Guerre des jeux de football : Acte 1. Konami a eu la gentillesse de me faire parvenir un exemplaire presse de PES 2012, et me voilà devant vous après une bonne pelletée de matchs. Pour un verdict mitigé.

Plus qu’un jeu, une passion!

PES et moi, c’est une histoire d’amour qui s’est mal terminé. Une passion folle qui me poussa à quitter mon 1er amour (Fifa), une lune de miel de plusieurs années et de milliers (non je n’exagère pas) heures de jeu, une histoire gravée de souvenirs et d’anecdotes. Vous connaissez la suite de l’histoire, car je la partage avec des millions d’autres joueurs : un jeu en déclin, le renouveau de la licence Fifa, des déceptions, un délaissement finissant à l’abandon total. Voilà maintenant 4 ans que nous sommes séparés PES et moi.

Alors au moment d’insérer la galette de ce nouvel opus dans ma Xbox, j’avoue être alors partagé entre excitation et peur de la déception, d’autant que la démo avait presque réussi à me convaincre.
Premier constat : le titre de Konami propose toujours une interface bien lourdingue. Difficile de retrouver la célèbre Master League, difficile de modifier ma compo d’équipe, difficile de comprendre comment changer de tactique.
Second constat : les effectifs sont pas à jour, mais alors pas du tout. Mon PSG préféré se présente sans Pastore, sans Menez mais avec Giuly et avec Gameiro à 70 (quand Erding affiche un beau 79). C’est un détail, mais ca fait tâche.

C’est bien beau tout ca, mais ce que je demande à un jeu de football, c’est de me donner des sensations pad en main. Et sur ce point, PES2012 ne s’en tire pas mal du tout lors des premières parties. Dès le premier match les sensations sont là, et les actions s’enchainent très vite. Les passes sont appuyés, les déplacements sont vifs, le rythme est intense. C’est bien simple, le plaisir est immédiat.

Des défauts stupides gâchent les bonnes idées

C’est après quelques matchs que le tableau idyllique perds un peu de sa superbe. Et les défauts sautent alors au visage. En vrac, des gardiens toujours incroyablement stupides, des actions vraiment surréalistes, un jeu de tête imprécis, une IA très bourrine et très axiale, une fonction « appel de balle » bien trop difficile à employer en match…

PES2012 parvient même à friser parfois le ridicule, gâchant d’un coup d’excellentes idées. Un exemple : le mode « Mon joueur ». Plutôt bien foutu, avec une progression intéressante, ce mode est complètement gâché par un petit détail : l’impossibilité de passer les matchs lorsque vous êtes sur le banc. Vous voilà donc sur le banc, regardant l’IA jouer toute seule, en attendant que le coach décide de faire appel à vous. Et comme parfois, ce satané coach vous fait rentrer pour vous faire sortir à peine 10 minutes plus tard…

Malgré des défauts récurrents à la série, PES2012 semble sur le bon chemin. Oui, le titre de Konami est un bon jeu de football. Quel dommage que de bonnes idées soient gâchés à ce point par des stupidités si simple à corriger (mais mon dieu, pourquoi être obligé en 2012 d’utiliser ce fichu bouton start pour passer un ralenti ?!?!). Un titre pour les amateurs de jeu direct, de bonnes parties de rigolade entre potes et de sessions sans « prise de tête ». Ceux qui cherchent un peu plus de profondeur et de réalisme devront en revanche aller voir du coté de la concurrence.

Ma note : 6/10

Jeu disponible sur tous les supports. Version testée : Xbox 360. Merci à Konami pour l’envoi d’une version de test.
Prix : Environ 60€.

4 COMMENTAIRES

  1. Franchement, c’est pas si simple que ca.
    En solo, j’adore clairement Fifa (mon test arrive très bientôt d’ailleurs). En multi, franchement ça dépends. Pour des matchs à l’arrache avec un pote qui joue peu aux jeux de foot, franchement ce serait PES, car Fifa est clairement exigeant alors que ce PES 2012 amène tout de même un plaisir immédiat.
    Viens me voir, on verra à ce moment là! :p

  2. Je reste toujours autant sur le cul en voyant la façon dont FIFA est passé largement devant PES ces dernières années. Quand on voit ce qu’était FIFA en 2003-2004 (même si on s’est éclatés dessus ^^)… Konami a vraiment déconné.

    Donc quand on se reverra, ce sera plutôt FIFA ou PES ? 🙂

Laisser un commentaire