Un monde sans courses hippiques

0

Le monde des courses tiens sur 3 piliers : l’élevage, les paris sportifs et surtout l’envie de victoire (pour les éleveurs, les jockeys, les joueurs). A l’heure de la prolifération des jeux de hasard sur internet, est-ce que les courses vont pouvoir continuer à faire rêver des gens ?

Le PMU - Image presse (c)pmu.fr

Le monde des courses tient sur 3 piliers : l’élevage, les paris sportifs et l’envie de victoire (pour les éleveurs, les jockeys, les joueurs).

A l’heure de la prolifération des jeux de hasard sur internet, est-ce que les courses vont pouvoir continuer à faire rêver des gens ?

Il est vrai qu’une partie de la population n’a pas accès à internet. Cependant, cette population tend à diminuer au fur et à mesure du temps.

Le PMU, a réussit un pari osé : rendre attrayantes les courses hippiques aux plus jeunes. Je pense que leurs campagnes de pub (télévisuelles), très belles et « djeun’s » y ont largement contribué. La marque a réussi à rajeunir. Et elle a su aussi convertir les parieurs aux paris en ligne : Pmu.fr est le 1er site de paris en ligne en France avec 660 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2009.

Je pense qu’il va falloir tout de même se méfier des sites de jeux de hasard en ligne. Ceux-ci pourraient prendre une part de marché importante dans les prochaines années.

Même si on est contre les jeux d’argent, il faut être conscient que le cheval de course français doit sa survie en grande partie aux paris sportifs. Ce sont donc des élevages, des employés, des passionnés qui pourront-être touchés par cette déferlante.

Des liens intéressants :

Laisser un commentaire