Vis ma vie de Papa Geek : S03E03

Je me suis longtemps interrogé sur mon amour des trains et la seule explication que je trouve remonte à l’enfance : le trajet interminable chaque été pour quitter la cité et retrouver le dépaysement de mes vacances en Vendée ; le déménagement pour cet appartement dont ma chambre donnait sur la gare ; ces heures passées à regarder partir les trains et à rêver de leurs destinations, mon oncle Christian et son incroyable train électrique et son circuit sur une planche d’au moins 4m²…

Et si la plupart de nos passions étaient liées à un moment clé de notre enfance ? Un élément déclencheur parfois anodin qui allait influencer notre vie entière ? Un petit moment de vie, caché au fond de soi, capable de resurgir de manière inattendue et violente ?

De cette lubie, je n’ai toujours gardé qu’une plongée dans mon imaginaire. Je n’ai jamais voulu être cheminot et je n’affectionne pas plus que ça les trajets en train. En revanche je continue d’aimer la symbolique du train, cette idée de « passeport » vers la liberté, et surtout j’ai réussi à transposer cette passion vers le jeu vidéo. Je vous propose de découvrir une liste, non exhaustive, de quelques uns des jeux les plus marquants pour moi.

Nord et Sud (1989)

Mon premier contact avec un jeu vidéo « ferroviaire » date de la fin des années 80. A cette époque le PC n’a pas encore investi la maison (mon ordinateur est un Oric Atmos) et je joue sur ma Master System vieillissante. J’ai donc pris l’habitude de squatter chez mon oncle, éternel adolescent, pour jouer sur son Amstrad CPC puis sur son Amiga 500. Avec sa quantité incroyable de disquettes piratés, j’ai pu goûter brièvement à tous les jeux de l’époque et je me souviens encore très bien de ce « Nord et Sud ». Si le train n’est qu’anecdotique (Nord et Sud était un jeu de stratégie basé sur la bande dessinées « Les tuniques bleues »), c’est mon plus lointain souvenir d’un jeu vidéo avec un train.

Sid Meier’s Railroad Tycoon (1990)

La claque, le jeu qui m’a fait définitivement basculer. Nous avons tous nos jeux cultes, ces titres qui ont forgé notre vie de gamer et ont définis nos goûts. Railroad Tycoon est définitivement dans mon top 5 ! L’arrivée du PC à la maison a été la porte d’entrée vers les jeux de stratégie : Populous, Sim City, Civilization et donc Railroad Tycoon. Encore aujourd’hui, ce jeu est pour moi un Graal et une référence. J’ai joué à tous les opus (Deluxe, II, III et même le remake « Railroads » sorti en 2006) et j’en garde un souvenir ému.

Image tirée de Railroad Tycoon II

Microsoft Train Simulator (2001)

Au diable la stratégie et la planification, place à la conduite ! MS Train Simulator est un jeu qui m’a fait perdre la raison. Avec le recul, je me dis que Babs a été d’une patience d’ange à mon égard car bien avant ma plongée dans les MMO, ce titre m’a rendu dingue. Je me souviens avoir passé des heures à jouer, mais également à scruter le web pour télécharger des mods, de nouveaux trains, de nouvelles villes, de nouveaux tracés. Mon point d’orgue ? Avoir bouclé en 4 heures le trajet Paris – Aix en TGV. 4 heures à conduire un train virtuel !!!

Railway Empire (2018)

J’en ai parlé dernièrement et il fera bientôt l’objet d’un test complet, Railway Empire est le petit dernier de la longue liste des jeux ferroviaires que j’ai parcouru en bientôt 30 ans. Véritable hommage à la série des Railroad Tycoon, il en reprend presque tous les codes et les mécanismes. Est-il à la hauteur de la légende ? Patience, je vous en parle bientôt.

Et aussi sur mobiles

Difficile de lister tous les petits jeux mobiles qui sont passés entre mes mains. Sachez juste qu’à partir du moment ou le titre du jeu comporte le mot « Rail » ou « Train », j’ai tendance à le télécharger et à le tester sans me poser de questions. En ce moment je joue beaucoup à « Pocket Trains » mais je pourrais citer « TrainStation », « Train Conductor » ou « Conduct This ! ».

Le son de la semaine

Vous commencez à me connaître, il fallait trouver un morceau dans le thème de l’article. J’aurais pu ressortir une vieillerie nostalgique (mes parents écoutaient ça en boucle) avec Richard Anthony et « J’entends siffler le train ». J’aurais pu choisir Grand Corps Malade avec « Les voyages en train ». Trop simple.

À la place, je vous propose ce petit bijou, live qui plus est, d’un de mes groupes préférés : « Place 54 » par Hocus Pocus.

C’est tout pour aujourd’hui. Dans le prochain épisode, vous saurez si j’ai relancé une partie de Railroad Tycoon, si j’ai tout plaqué pour intégrer la CFC (chemin de fer de la Corse) ou si j’ai commencé une représentation à l’échelle 1:87 de la Gare de l’Est… Ou pas !