Y-a-t’il un joueur pour sauver le monde?

1

Vous allez me dire que c’est déjà le but d’une palanquée de jeux et vous aurez raison, seulement ici je parle du monde réel, le vrai, le seul, l’unique!

Les joueurs développent des qualités énormes en pratiquant leur passion, en se confrontant à des problèmes complexes et en essayant sans cesse de s’améliorer. Faites le calcul et comparez le nombre d’heures que vous avez passées à jouer au nombre d’heures passées à étudier votre spécialité : vous êtes des experts en gaming! Alors imaginez maintenant qu’on utilise ces connaissances, ce potentiel et cette puissance de réflexion non plus pour résoudre des quêtes virtuelles mais pour s’attaquer à des problèmes réels. De quoi sauver le monde? C’est en tout cas la thèse défendue par la chercheuse et game designer Jane McGonigal comme elle l’explique dans la vidéo ci-dessous :

Voilà une théorie intéressante, qui change agréablement des attaques habituelles subies par les jeux vidéo! Bien sûr, elle n’est pas dénuée de failles mais elle a le mérite d’offrir un point de vue original et elle ouvre de belles perspectives de réflexion. Alors, êtes-vous prêts à sauver le monde?

Via geeksaresexy.

HS : L’illustration vient d’une campagne de communication en faveur de la Croix Rouge Libanaise (je vous remet l’image d’origine (cliquable) ci-dessous). Pour l’anecdote, l’idée est totalement à l’opposé de celle de Miss McGonigal vu que l’affiche est censée convaincre les joueurs de quitter leurs mondes virtuels pour venir donner un coup de main sur le terrain.

1 COMMENTAIRE

  1. Depuis longtemps on tente d’inclure dans les environnements virtuels des objets du monde réel, afin d’immerger au mieux le joueur, de lui donner des « attaches » afin qu’il ne se sente pas perdu, d’employer une sémiologie pertinente, etc.

    Mais en effet, vu l’engouement pour les jeux, la motivation qu’il en sort, ne serait-il pas venu le temps de réfléchir à l’inverse ? en exploitant des outils développer par les jeux pour améliorer la vie réelle … non ? Pourquoi passer tant de temps à jouer sans obtenir une gratification sociale ou financière ? Qu’ont les jeux de particulier pour tant nous passionner ? cf. le concept de Flow développé par Csikszentmihalyi.

    Jane McGonigal a tout à fait raison de parler ainsi des feedback , des récompenses régulières voir même trop fréquentes (par rapport au monde réel, mais peut être pas tant « trop » que ça) d’un jeu vidéo. C’est pourtant un moyen de nous maintenir dans l’activité du jeu.

    Je suis tout à fait d’accord avec sa vision des choses.
    Mais quand pourrais-je être le nouveau Bruc Willis !!!??? et si je peux l’être, en serais-je capable ? (assurément OUI !!! 🙂

    Enfin, merci pour le partage de cette vidéo

Laisser un commentaire