Ma fille, les poneys et moi (1)

Je remet toujours au lendemain l’écriture de cet article…
Je me fait un peu violence aujourd’hui pour enfin vous raconter les derniers épisodes de « Ma fille, les poneys et moi… »

Les dernières informations en votre possession sont que Florence (5 ans) monte dans le cours des 1ère année shetland, qu’elle a fait deux chutes à poney le même jour et qu’elle a tout de même persévéré.

En fait, le jour même, elle n’a pas vraiment été perturbée. Par contre la semaine qui a suivie ça n’a pas été le cas.

Florence a fait un petit blocage.
Elle voulait aller au poney, mais elle n’avait plus du tout confiance en elle (c’est le petit soucis de Florence, quelque activité que ce soit).
Ainsi, une fois au cours poney, elle s’est mise en stress parce qu’elle ne croyait pas arriver à faire l’exercice demandé par la monitrice et nous avons du stopper là le cours (10 minutes tout au plus). Pour ne pas « abandonner » trop facilement nous sommes allée toutes les 2 faire un petit tour (elle a poney et moi à pieds) dans le centre équestre. J’ai profité de ce moment d’intimité pour lui demander ce qu’elle a ressenti. Très vite la chute est revenue dans la discussion. Elle a eu peur de tomber une nouvelle fois.

Un manque de confiance en elle

Comme vous l’aurez compris, Florence a un problème de confiance en elle qui s’est déjà exprimé de nombreuses fois.

Pour vous donner un exemple, la première fois où la maîtresse lui a demandé de recopier la date elle s’est mise à pleurer parce qu’elle ne pensait pas y arriver. A force de persévérance et de mise en confiance de la part de la maîtresse, maintenant, elle arrive à se « retenir » et ne se laisse pas submerger par ses émotions à la moindre difficulté.

Au poney, nous avons décidé, avec la monitrice, d’adopter le même type de comportement.
La monitrice valorise (en choisissant bien ses mots) ce que Florence fait de bien mais « l’oblige » aussi à se dépasser et faire ce qu’elle pense ne pas être capable de faire (elle ne lui demande pas l’infaisable).


Après le petit épisode de pleurs au cours poney Florence est retournée dans le cours des babyponey (où elle se sent largement capable de tout faire).
Le premier cours, elle était assez tendue. Ça se voit facilement sur Florence. Elle relève beaucoup ses talons en se penchant vers l’avant. Mais l’envie de monter était présente. C’est ce qui me rassure dans ces moments de doutes.

La semaine suivante, comme elle avait un petit bobo à la main, elle a mis des gants. Et là, comme par magie, elle était complètement zen…
C’était rigolo à voir. J’ai même eu peur qu’elle ne se laisse trop aller et qu’elle tombe « bêtement »…
Comme quoi le mental d’un enfant ne tient à pas grand chose.

Un stage qui a permis de franchir un cap

Durant les vacances de Février un grand pas à été fait.
Elle a fait un stage avec les « baby » et un stage avec les moyens (5 à 7 ans). Comme le stage s’est bien passé, la monitrice à proposé à Florence de retourner dans le cours des moyens. Et Florence, contre toute attente, a bien voulu.

En étant très objective (et c’est difficile croyez moi lorsque l’on a son enfant en jeu), Florence a largement le « niveau » et la maturité pour être dans le cours des 5 à 7 ans… Et c’est plus moi qui me prend la tête pour être sur de ne pas la brusquer qu’autre chose…

Depuis quelques semaines, elle s’éclate. Elle a retrouvé la vraie banane. Elle persévère !


Lorsque le poney ne l’écoute pas elle continue ses efforts jusqu’à y arriver… sans pleurer (même si des fois, vu sa tête, elle n’en est pas loin). Mais surtout elle est super fière d’elle quand elle a réussi à faire un exercice.


Pour couronner le tout Florence adore une ponette, Patch, qui  n’est vraiment pas la plus facile. Lorsque je lui ai fait remarquer que les autres enfants avaient du mal avec cette ponette elle m’a dit d’un ton vraiment affirmé « mais moi, Patch, j’arrive à la décontracter ! »… Je me demande où elle est aller chercher ça…! 😀