J’ai joué à la 3DS

À un peu plus d’un mois de la sortie, la 3DS est venue se présenter au public parisien et j’ai eu la chance de pouvoir approcher la bête de près. Premières impressions sur la petite dernière de la famille Nintendo.

Je ne vais pas épiloguer sur le design de la bestiole vu qu’elle dévoile sa plastique sans pudeur depuis l’été dernier. Je vais plutôt me concentrer sur ce qui fait qu’aucune présentation ne remplacera jamais un test «hands on».

La 3D, fallait pas l’inviter ?

Nintendo a beaucoup misé sur son écran 3D sans lunettes. Seulement, l’euphorie de l’annonce passée, les questions sur l’intérêt et l’efficacité de cette capacité se sont faites plus insistantes… Et à la lumière de mes premières sessions de jeu je dois avouer que je suis moyennement emballé par ce que j’ai vu.

Une 3DS sauvage apparaît !
3DS lance Effet 3D sans lunettes.
C’est super efficace !
L’ennemi est paralysé !

Ça résume pas mal le premier contact avec la nouvelle portable de Nintendo. L’effet 3D en jette et même le plus endurci des gamers redevient, l’espace d’un instant, ce gamin émerveillé par sa première carte holographique. Mais un instant seulement… Et cela pour plusieurs raisons. Tout d’abord, si l’effet est saisissant face à l’écran, il vaut mieux ne pas être du genre remuant vu que l’angle optimal est très très limité. En plus, le rendu 3D a tendance à « sauter » quand on change l’inclinaison de la console. C’est le genre de défauts rédhibitoires pour quelqu’un qui, comme moi, utilise sa console portable quasi exclusivement dans les transports en commun. Autre souci pour la 3DS, l’impression de relief s’oublie très vite en fin de compte tant cette sensation est naturelle. Et si cette « killer feature » se résumait finalement à un gadget esthétique ? Cette idée est renforcée par la présence de la molette de réglage de l’intensité de l’effet 3D. En effet, si on peut atténuer ou couper le relief à tout moment c’est qu’il n’a aucune implication sur le gameplay ! Je critique, je critique, mais il ne faut pas oublier que je n’ai malheureusement pas pu passer plus de 5 grosses minutes par jeu et qu’il faudra attendre une vrai session de jeu pour se faire une idée définitive. D’ailleurs, certains jeux m’ont quand même clairement mis l’eau à la bouche.

Le hard c’est bien, mais avec du soft c’est mieux !*

Une console sans jeux, c’est un peu comme un tank sans chenilles, ça se la raconte mais au final ça sert pas à grand chose. Au rayon des bonnes pioches, ce sont Kid Icarus, PES et SSFIV3DE qui m’ont le plus plu. Sur ce que j’ai pu en voir, ils ont l’air au top techniquement (graphismes, fluidité) et j’ai vraiment hâte qu’ils sortent pour pouvoir en profiter. Le reste du line up m’a un peu déçu, notamment à cause du peu de titres originaux présentés.

En bref, je suis loin d’avoir été convaincu par cette première rencontre avec la 3DS et il va falloir qu’elle sorte le paquet si elle veut trouver une place dans ma collection !

* Cette phrase multi usages vous est gracieusement offerte par le Comité de Défense du Double-Sens.