Limbo, chef d’œuvre en noir et blanc

4

La rencontre d’un jeu avec son public est souvent aléatoire, surtout si le jeu n’est disponible que sur une seule console, via le service de téléchargement en ligne. Fort heureusement, j’ai rencontré Limbo…

J’ai depuis longtemps adopté un comportement réflexe, que je reproduis chaque fois que j’allume ma console : filer sur le marketplace et télécharger systématiquement toutes les démos disponibles.

Ça prends un peu de temps, car le but est tout de même de les essayer une fois téléchargés. Ça empiète beaucoup sur mon temps de jeu, sachant que celui-ci a fondu comme neige au soleil, c’est de saison, ces derniers temps. Mais ça me permet de ne pas passer à coté de petites merveilles dont je n’avais, honte à moi, jamais entendu parler avant d’y jouer. Et vous vous en doutez, parce que vous avez lu le titre de cet article (le lecteur de Ludomaniaque est en effet bien plus malin que la moyenne), Limbo fait parti de ces heureuses découvertes.

Le jeu hype du moment

Limbo fait donc parti des jeux « hypes » du moment, pour 3 raisons :

  • Il est atypique
  • Il est issu de la scène « indé »
  • Il a remporté pléthore de prix, et est annoncé comme « l’incontournable jeu indé de l’année »

Tout ca n’est à priori pas fait pour me rassurer. J’ai en effet rarement adhéré aux jeux adoubés à ce point par toute une presse parce qu’ils sont « trop géniaux tu vois », « avec un concept diiingueeee », « ils renouvellent le genre, mieux, ils le transcendent », « avec un retour aux sources du jeu vidéo, mais avec de la poésie, de l’art… », « puis c’est de l’indé quoi ! »…
Bref, tout ca me gave profondément, cette fausse intellectualisation du jeu vidéo. Et puis il y avait aussi pour moi le fâcheux précédent Braid.

Et bien pour une fois, le hype n’est pas trompeur. Car Limbo est juste un p***in de bon jeu !!!

Du noir et blanc, une bande son inexistante…

Je vous dresse le tableau. Vous dirigez un petit garçon, se réveillant dans une forêt sombre. L’ambiance est tellement sombre que l’image est en noir et blanc, et que la bande son est réduite aux bruits environnants. Aucune musique d’ascenseur ne vous accompagnera durant votre périple. Seul le bruit de vos pieds sur l’herbe et les bruits angoissants d’un monde inconnu guideront vos pas.

Sans trop savoir pourquoi vous avancez, et vous tentez de survivre. Car cette forêt est truffée de pièges en tout genre, d’araignées géantes, de trous béants, d’obstacles à priori insurmontables. Et la plupart du temps, vous mourrez. Car Limbo est un jeu ou l’on meurt, souvent, pour mieux recommencer.

… et la magie opère !

Il est difficile d’en dire plus pour ne pas vous gâcher le plaisir. Sachez juste que rarement je n’ai vu un tel génie dans le level design. La difficulté est parfaitement dosée, juste ce qu’il faut de difficile pour nous forcer à nous creuser les méninges, mais sans jamais tombé dans le délire hardcore. Et l’ambiance, l’ambiance… Noir mais poétique, épuré mais riche, Limbo fait s’arrêter le temps.

Je m’arrêterai en vous livrant un dernier conseil : essayez Limbo. Comme tous les jeux XBLA, une démo gratuite est disponible. Peut-être passerez vous votre chemin. Mais peut-être serez vous comme moi captivés par ce jeu et cet univers si particulier. Et alors, vous ne regretterez pas vos 5/6 heures (oui je sais, c’est bien trop court) sur Limbo.

4 COMMENTAIRES

  1. J’attends vos dons de m$points pour me le prendre ! 😀 Sinon bah j’attendrai une éventuelle réduction un de ces jours 😉

  2. Franchement, tu pinailles là. Il vaut largement ses 1200 MS Points!
    Allez, repense à tout ce que tu a acheté qui ne les valaient pas, comme Risk par exemple! :p

Laisser un commentaire