Facebook, Twitter : le boom des réseaux sociaux

2

Il est impossible aujourd’hui d’échapper au phénomène des réseaux sociaux. Fini le journal intime. Désormais, on blogue, on twitte, on poste sur Facebook.
Alors que Twitter et Facebook sont désormais accessible via la Xbox 360, décryptage d’une tendance qui a déjà conquis vos enfants.

Depuis plus d’une décennie, les modes de communication ont considérablement évolués, principalement chez les adolescents et les jeunes adultes. Du téléphone fixe, nous sommes passés au téléphone portable, privilégiant de plus en plus le SMS à la conversation orale. Devant son ordinateur, le mail a été remplacé par le chat de discussion, puis par MSN. Les blogs sont devenus monnaie courante, accompagnés le plus souvent d’un profil Facebook, ou d’une page Twitter. Au-delà de la simple évolution technologique, ces nouveaux modes de communication quittent de plus en plus la sphère privée ce qui induit de nouveau risques quand à la confidentialité des échanges et le respect de la vie privée.

Si les sites communautaires sont légion, deux d’entre eux semblent aujourd’hui incontournables : Facebook et Twitter.

Facebook : décrire sa vie et commenter celle des autres

Indiscutable numéro un des sites de réseaux sociaux, Facebook compte plus de 7 millions d’utilisateurs en France, et plus de 200 millions dans le monde.

Facebook permet à l’utilisateur de diffuser des informations personnelles, en temps réel, sur son « mur », sorte de page personnelle. On peut ainsi se contenter de décliner son identité et ses centres d’intérêt, mais aussi décrire de manière continue ses activités, son humeur ou partager des liens, des photos et des vidéos. Il est également possible de laisser un commentaire sur chaque « statut » de ses relations.

Une des raisons du succès de Facebook vient de ses nombreuses fonctionnalités supplémentaires. Sous la forme d’applications, le site permet en effet de faire un nombre incalculable de choses. On peut ainsi discuter en direct avec ses amis, sous forme de chat, créer des groupes et des forums de discussions, créer et participer à des quizz, jouer en ligne… Les applications disponibles se comptent en dizaine de milliers, et certaines remportent un succès considérable. Le jeu Farmville par exemple réunit 150 millions de joueurs chaque mois !

Twitter : la plateforme de microblogging

Beaucoup moins connu du grand public que Facebook, Twitter connait une progression impressionnante parmi les sites de réseaux sociaux. Complètement inconnu en 2008, le site comptait 125 000 utilisateurs français en juin 2009.

A l’opposé de Facebook, Twitter fait dans la simplicité. Le site permet à l’utilisateur de bloguer un message très court (140 caractères maximums), et ne laisse pas la possibilité aux autres utilisateurs de commenter ce message. L’idée est limpide : retenir l’essence même du blog, c’est à dire permettre à l’utilisateur de décrire en temps réel ce qu’il fait ou ce qu’il pense, à un moment précis.
Twitter permet également de « suivre » les personnes que l’on a choisies, et regroupe par ordre chronologique les messages que ces utilisateurs ont postés.

Twitter fait parti des outils de communication en vogue pour deux raisons principales : sa simplicité, et la vitesse de propagation de l’information. En effet, Twitter est incroyablement facile d’utilisation et parfaitement adapté à une utilisation nomade. Ainsi, il est très facile de mettre à jour son statut par SMS par exemple.
Mais surtout, les informations circulant sur Twitter se répandent, d’utilisateur en utilisateur, à une vitesse phénoménale. Par exemple, la mort de Michael Jackson a été annoncée et commentée sur ce réseau social bien avant son traitement par les médias traditionnels.

Devenu un véritable outil de communication marketing, Twitter est de plus en plus utilisé par les hommes politiques et les artistes, leur permettant de s’adresser facilement et rapidement à leur public.

Un danger principal : la surexposition de la vie privée

S’il est un reproche qui revient fréquemment concernant l’utilisation de Facebook ou de Twitter, c’est la non-confidentialité des informations publiées.

Les conditions générales d’utilisation de Facebook spécifient en effet que toutes les données publiées sur le site voient leurs droits concédés à l’entreprise fondée par Mark Zuckerberg. Concrètement, dès lors que vous publiez quelque chose sur le site, cela ne vous appartient plus. Vos informations personnelles sont par exemple utilisées par Facebook et vendues à des entreprises privées, afin de mieux cibler les publicités qui vous seront présentées sur le site.

Concernant l’exposition au grand jour de sa vie privée, cela reste de la responsabilité de l’utilisateur. D’une part, il revient à chacun de choisir ce qu’il décide de publier, en ayant conscience des conséquences éventuelles. D’autre part, des options existent afin de restreindre l’accès à ce que l’on décide de partager. Mais il est toutefois regrettable que, par défaut, le paramétrage du site soit trop libertaire.

Mon enfant est inscrit, comment le protéger ?

Comme souvent, la communication est primordiale. Il est illusoire d’espérer empêcher l’utilisation des réseaux sociaux à votre enfant.
Avant tout, il ne faut pas être effrayé par les réseaux sociaux. Des sites tels que Facebook sont de formidables outils de communication, et doivent être considérés comme tels.
L’important est de discuter avec son enfant de ce qu’il peut et ne peut pas écrire. L’enfant doit apprendre à s’autocensurer et à prendre conscience de la portée que peuvent prendre certains écrits une fois sortis de leur contexte.

On peut tout de même retenir 2 règles de base qui permettent de protéger un compte :

  • Créer des groupes. Facebook permet de classer ses relations par groupes. On peut ainsi organiser ses contacts sous la forme famille / amis proches / connaissances et choisir pour chaque groupe des droits. Par exemple, seul les groupes famille et amis proches devraient être autorisés à voir les photos publiées.
  • Verrouiller son profil. Facebook comme Twitter proposent deux options de sécurité de base : compte ouvert ou compte verrouillé. Un compte ouvert est accessible à tout le monde, sans intervention de notre part. C’est évidemment à proscrire, et il est indispensable de verrouiller son compte. L’utilisateur pourra ainsi choisir qui sera autorisé à visualiser ses informations.

2 COMMENTAIRES

  1. Les jeunes séniors et séniors sont, aussi, de plus en plus au fait des nouvelles tendances internet et désire y participer.
    Les réseaux sociaux font parties de ces tendances qui les intéressent.

    [Publicité supprimée par l’équipe de modération de Filaire]

Laisser un commentaire