Free mobile : faut-il craquer ?

On aura rarement vu ça. Un buzz rondement mené, une mise en scène à l’américaine, un show retransmis en live sur internet à la façon des célèbres keynotes de Steve Jobs, un tonnerre d’applaudissements pour… une offre d’abonnement mobile low-cost. Rien à dire, Free sait soigner sa communication.

Mais derrière la forme parfaite, qu’en est-il du fond ? Faut il se ruer sur ce nouveau forfait ou bien prendre le temps de la réflexion ? Décryptage.

C’est fait, Free est le 4e opérateur mobile en France. Et comme pour son entrée sur le marché de l’ADSL, c’est un véritable coup de pied dans la fourmilière qu’a voulu donner Xavier Niel, le « big boss ». Si son show de présentation a parfois frôlé avec le « too much », avec ses envolées lyriques et ses postures de Robin des bois, force est de constater que les faits sont là : l’offre de Free mobile est plus qu’alléchante.

De l’illimité à moins de 20€ par mois ? Pff impossible…

Ainsi, pour 19€99 (15€99 pour les abonnés Freebox) propose :

  • Appels voix illimités, fixe et portable, 24h/24 en France et dans 40 pays;
  • SMS et MMS illimités;
  • Accès FreeWifi (en s’appuyant sur son réseau impressionnant de Freebox un peu partout en France) illimité;
  • 3Go de consommation d’internet 3G sans bridage (c’est à dire avec la possibilité de faire du P2P par exemple).

C’est impressionnant, c’est sans engagement, et ça surclasse toute les offres équivalentes. Et pourtant, j’ai hésité avant de franchir le pas.

Ma première réaction devant une telle offre (et c’est exactement l’effet que cherchait Xavier Niel), fut la colère. Moi qui paye 45€ par mois chez SFR pour 2 petites heures de communication et 1Go de consommation Internet, quel pigeon! Voilà des années que je me fais voler par SFR, moi le fidèle client de plus de 15 ans.
Et puis, quand on commence à y regarder de plus près et à sortir la calculatrice, on se rends compte qu’on compare des choses qui ne sont pas comparables. D’un coté, le forfait « nu » de Free, de l’autre le forfait « téléphone subventionné » de SFR. Mais qu’est-ce que ça veut dire exactement « téléphone subventionné » ?

Ne comparons pas des pommes avec des oranges (huhu)

Et bien depuis des dizaines d’années, votre opérateur mobile vous propose de souscrire à un forfait incluant l’envoi d’un téléphone portable à prix cassé, parfois à 1€. Si je choisis un iPhone 4 chez SFR aujourd’hui par exemple, selon le forfait que je vais choisir, ce téléphone va me couter 49, 119 ou 249 euros (contre plus de 600€ si j’achète l’appareil « nu » n’importe où). De plus, chaque mois passé, je vais cumuler des points de fidélité me permettant d’ici 18, 20, 22 mois de renouveler mon téléphone avec un plus récent, plus moderne, plus performant pour le même prix environ.
Mon opérateur me fait ainsi « cadeau » de 400 à 600€ tous les deux ans. Ce chiffre est non officiel et ne tient compte que de mon histoire avec SFR bien sur. Mais je ne pense pas être trop loin des chiffres moyens.

Donc voilà, si mon forfait est plus cher chez SFR c’est tout à fait normal voyons, vu que ce forfait me permet de changer régulièrement de téléphone presque gratuitement. Vraiment ? Et bien faisons les comptes, sachant qu’un téléphone a une durée d’usage de 18 à 24 mois.

  • 24 mois d’abonnement chez SFR (45€ par mois) : 1080 €
  • 24 mois d’abonnement chez Free Mobile (20€ par mois) : 480 €

Soit une différence de 600€, soit un téléphone neuf tous les deux ans. Égalité, la balle au centre ? Pas vraiment. Car ce calcul se base sur un abonnement 2h de communication chez SFR, contre de l’illimité chez Free. Allez, on ressort la calculette.

  • 24 mois d’abonnement chez SFR en illimité (99€ par mois) : 2376 €
  • 24 mois d’abonnement chez Free Mobile en illimité (20€ par mois) : 480€

Soit une différence de 1896 €. Ok, à ce prix là ça fait un beau téléphone…

Une confiance rompue ?

Comme annoncé, Free mobile est donc bien moins cher que la concurrence à prestations égales. Il n’empêche que la question à se poser réside bien là : ai-je vraiment besoin d’un forfait voix illimité? Et moi le premier, j’ai énormément hésité. Car si je suis un consommateur raisonnable de sms et un vrai gros consommateur d’internet, j’utilise très peu mon téléphone pour téléphoner, et mes 2 heures d’appels par mois me suffisent amplement. Et à ma grande surprise, si SFR avait fait un petit effort sur mon forfait (en le passant à 35€ par mois par exemple), j’y serais gagnant!

Reste une donnée essentielle : la confiance que vous placez en votre opérateur. Je n’éprouvais rien de spécial envers le mien, ni amour aveugle ni haine excessive. C’est légèrement en train de changer. J’aurais compris un discours (celui que tiens actuellement Bouygues Telecom par exemple) souhaitant la bienvenue à Free, expliquant que le positionnement n’est pas le même, vantant la qualité du service des opérateurs historiques et de ses relations humaines…

Je comprends beaucoup moins la baisse de prix soudaine annoncée par Orange (via sa sous-marque sosh) et par SFR. Alors que depuis des années, ces trois opérateurs nous expliquent qu’ils font très peu de marges, qu’ils ne peuvent absolument pas baisser les prix sous peine de limiter leur capacité d’investissement, voilà que leurs prix s’effondrent 48h à peine après l’arrivée d’un concurrent.
Rien que pour ça, je remercie Free. Et rien que pour ça, je tente le coup d’aller voir ailleurs…