Hansel & Gretel : Witch Hunters

Les contes revisités sont décidément à la mode à Hollywood. Après deux versions de Blanche Neige l’an dernier et juste avant Jack le chasseur de Géants (Jack et le haricot magique), c’est Hansel & Gretel qui viennent botter du cul de sorcière dans les salles obscures.

Les contes revisités sont décidément à la mode à Hollywood. Après deux versions de Blanche Neige l’an dernier et juste avant Jack le chasseur de Géants (Jack et le haricot magique), c’est Hansel & Gretel qui viennent botter du cul de sorcière dans les salles obscures.

Buffy contre les sorcières

Comment éviter la comparaison avec la série culte de Joss Whedon ? Des gentils élus qui chassent de vilains êtres surnaturels, des scènes faussement horrifiques, des méchants grandiloquents et de la violence débridée entre deux bons mots, on peut dire qu’on joue sur le même terrain. Tellement que je ne peux pas voir le film autrement qu’à travers le prisme de Buffy contre les vampires.

Alors reprendre une recette déjà éprouvée est en général une bonne idée, surtout quand le modèle est aussi bon, mais c’est aussi prendre le risque d’être comparé à l’original.

Burn da witch

Et malheureusement Hansel & Gretel : WItch Hunters n’est pas vraiment à la hauteur.

L’esprit du conte est globalement respecté au niveau spatio-temporel. Ce qui colle beaucoup moins ce sont les sulfateuses et les fusils à pompe utilisés par les héros pour occire l’engeance du démon… Je n’ai rien contre les anachronismes en général mais là c’est raté sur le fond et sur la forme. Comment le réalisateur a pu penser que c’était une bonne idée de montrer en gros plan des armes faites en papier mâché ? A l’exception du fusil pliable qui est franchement classe, c’est laid et pas crédible une seconde, va construire quelque chose là-dessus ! Le pire c’est que les scènes d’action les plus réussies utilisent elles des armes plus classiques.

Ce détail symbolise tout ce qui va plomber le film. A vouloir faire dans le sensationnel, à vouloir en rajouter toujours plus, Hansel & Gretel perd en efficacité et en crédibilité.

Le scénario n’est pas épargné puisqu’il semble écrit par des ados pour des ados. Je suis mauvaise langue, si ça avait été écrit par des ados il y aurait eu beaucoup plus de plans nichons !

En tout cas ça n’a pas dû être trop compliqué à écrire : Prenez la base d’un conte célèbre qui servira d’introduction, saupoudrez de personnages bien stéréotypés, ajoutez une pincée de Harry Potter, relevez de quelques blagues et d’une bonne louche de violence puis enfin n’oubliez pas d’ajouter un petit moment dramatique pour lier le tout. Voilà c’est prêt !

Remarquez, ça aurait pu ne pas être un problème si seulement les ficelles n’avaient pas été aussi grosses et qu’il y avait eu un peu de matière (grise) sous les apparences tapageuses.

Y a-t-il un public dans l’avion ?

Autre problème, on ne sait pas trop à qui s’adresse Hansel & Gretel : Witch Hunters au final. On dirait un mélange mal amalgamé de Disney et de film pour les 15-25. Comment faire cohabiter des personnages incroyablement naïfs dans une histoire cucul, de la violence extrême (démembrements et autres fantaisies) et des scènes qui se passent sous la ceinture ? Tout mélanger sans discernement comme dans Hansel & Gretel ça ne fonctionne pas en tout cas.

Une vie après la mort ?

Le plus rageant dans tout ça c’est que je suis sorti de la salle en me disant que ça aurait pu être bien ! J’ai apprécié le côté Buffy contre les vampires mais le film aurait eu besoin d’un traitement plus brut, débarrassé de ce côté Bisounours qui plombe le trip puisque c’est de ça qu’il s’agit : ce Hansel & Gretel est un trip, ou du moins aurait dû l’être. Tout n’est pas à jeter, ça reste même plutôt divertissant, mais c’est très limité.

J’ajouterai que le long métrage était peut-être une erreur et qu’un format série serait sûrement plus adapté. Et oui, le spectateur est plus indulgent affalé dans son canapé qu’après avoir lâché presque 15€ dans une place de ciné… D’ailleurs le réalisateur semble d’accord avec moi puisque la fin du film ressemble à s’y méprendre à un aperçu de l’épisode suivant.

Si ils en font une série je pourrais me laisser tenter !

Direct to DVD

Un pote me disait que le film est sorti en salles pour tenter de capitaliser sur la notoriété récente de Jeremy Renner (Avengers, Bourne) alors qu’il était dans les cartons depuis un moment. Si c’est vrai il aurait sûrement mieux fait de mettre son veto…