Wolverine (PS3)

2

Bien souvent, les adaptations de films donnent des jeux exécrables. Heureusement, il existe toujours une exception qui confirme la règle. Et Wolverine pourrait bien être cette exception.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, et une fois n’est pas coutume, attardons-nous un peu sur le studio à l’origine du jeu. Le développement de Wolverine a donc été confié à Raven Software. Et cela donne d’emblée au jeu deux atouts principaux.

Tout d’abord, Raven a rarement l’habitude de développer n’importe comment. Le studio est ainsi à l’origine de titres qui ont marqué les joueurs les plus anciens, tels que Heretic, Soldier of Fortune ou Quake 4.
Mais surtout, ce studio regorge de développeurs fans de Comics. Les X-Men et Wolverine font partis de leur culture personnelle, et mine de rien, cela leur a donné l’envie de respecter ce héros. Un détail peut-être, ou bien un mirage pour l’idéaliste que je suis. Je pense tout de même que c’est un détail qui a de l’importance.

Une histoire sans queue ni tête

Wolverine est donc tiré du film du même nom, sorti en salles il y a maintenant plusieurs semaines. On peut donc imaginer que le scénario du jeu ressemble à s’y méprendre au scénario du film.
Pourquoi rester dans l’hypothèse ? Tout simplement parce que je n’ai pas vu le film, et que je n’ai strictement rien compris au scénario du jeu vidéo. J’ai à peine retenu qu’il faut, en vrac, s’échapper d’un laboratoire, retrouver une petite fille, démanteler un groupe terroriste dans la jungle, combattre son frère, venger sa petite amie morte sous nos yeux…

Soyons clairs, le scénario n’a ni queue ni tête. Et comme si cela n’était pas assez compliqué comme cela, le jeu va vous proposer d’une mission à l’autre des tonnes de flash back, passant d’un niveau à l’autre d’une époque à une autre. A part un énorme mal de tête pour celui qui essaiera de suivre, cela n’apporte strictement rien au joueur. Pour ma part, j’ai très vite lâché prise, me contenter sur le principal : tuer, tuer et encore tuer !

De la bestialité à l’état pur

Pour ceux qui ne connaissent pas Logan, héros de ce jeu et membre emblématique des X-Men, petit rappel indispensable. Logan possède 3 caractères principaux : des griffes en adamantium qui lui sortent des mains, une capacité à se régénérer en cas de blessure, et une profonde bestialité. Si l’on traduit en jeu vidéo, ca nous donne un beat them all incroyablement sanglant.
Le jeu est classé 18+, et il s’en donne à cœur joie : et que je tranche, et que je taillade, et que j’égorge, et que je plante ce type sur un pieu qui dépassait, et que je coupe des bras et des jambes…
C’est violent à souhait, c’est un défouloir parfaitement assumé, et c’est incroyablement jouissif.

Alors bien sur ce n’est pas le jeu du siècle. La faute à une réalisation un peu à la ramasse parfois, à quelques incohérences symptomatiques d’un manque de finition. On peut citer en vrac des voix qui changent pour un même personnage en fonction du niveau, ou encore le costume de Wolverine qui n’est pas raccord d’une scène à l’autre. Bien sur, c’est un peu répétitif (comme tout beat them all), et on sent bien que le jeu s’essouffle un peu sur la fin.

Néanmoins, on passe un bon moment en compagnie de Wolverine, malgré tous ses défauts, et c’est bien là le principal. Que demander de plus ? Un prix un peu plus doux peut-être…
Version testée : PS3

Un beat them all efficace, qui ne révolutionne pas le genre mais qui se laisse traverser avec plaisir. Un must have pour les fans des X-Men et des comics en général. Les autres y prendront également plaisir, mais peut-être pas à 70€.

2 COMMENTAIRES

  1. J’ai l’impression que le coup de griffe et le héros violent ) souhait est à la mode en ce moment !

    Entre InFamous, Wolverine, et Prototype, ca tranche sec !

Laisser un commentaire