Crazy Machines 2

2

Les productions vidéoludiques allemandes ne sont pas les plus réputées mais nos voisins d’Outre-Rhin ont quand même quelques atouts à faire valoir. Coup de projecteur sur Crazy Machines 2 sur NDS.

1 – Un jeu de réflexion

Le titre de Fakt Software est un casse-tête assez particulier, qui s’appuie sur des notions basiques de physique et de mécanique. Crazy Machines 2 est l’adaptation du jeu PC du même nom, sorti en 2008, qui a rencontré un certain succès. La version DS n’est pour l’instant distribuée qu’en Allemagne et en Autriche, les plus pressés devront donc passer par les boutiques en ligne pour se le procurer. Les germanophobes seront ravis d’apprendre que la cartouche embarque bien une version multilingue, comprenant la langue de Molière, ce qui le rend accessible à tous.

2 – Un jeu tout public

Ici ni violence ni vulgarité, CM2 justifie totalement sa recommandation 3+. Le titre est tout de même plus adapté aux grands enfants qu’aux tout petits compte tenu de sa nature de puzzle-game.

3 – Les voyages forment la jeunesse

Crazy Machines 2 vous mets dans la peau d’un apprenti scientifique réalisant un tour du Monde à la rencontre d’éminents professeurs qui vous proposeront de participer à leurs expériences.

4 – Eureka !

Le jeu vous propose de résoudre un grand nombre d’énigmes en réalisant des réactions en chaîne. Pour cela, vous devrez vous adapter aux obstacles imposés et mettre à profit les éléments à votre disposition, et la variété est au rendez-vous : plateformes, matériel pyrotechnique, équipement électrique, engrenages, etc. Les divers objets sont introduits progressivement au cours de votre périple, ce qui garantit à la fois une bonne prise en main de chacun et un renouvellement continu du gameplay. De plus, la difficulté progressive est plutôt bien dosée, le jeu offrant un challenge agréable tout en restant accessible.
Une des grosses particularités de ce Crazy Machines 2 est la présence, en plus du mode énigme classique, d’un mode Action où vous devrez interagir en temps réel avec les éléments de l’expérience. Notons également la présence bienvenue d’un éditeur de niveau, malheureusement limité par le nombre de slots de sauvegarde disponibles (seulement 4).

5 – Technique : mention assez bien

Les graphismes sont acceptables mais on est loin de ce qui se fait de mieux sur la portable de Nintendo. Même constat pour la musique et les bruitages. Si l’aspect esthétique n’est pas transcendant, il faut en revanche souligner le très bon travail des développeurs sur le moteur physique, clairement le gros point fort du jeu, et c’est bien l’essentiel. Les réactions s’enchainent bien, les différents objets ont un comportement réaliste et c’est un plaisir de se creuser les méninges pour combiner les divers éléments efficacement. Le gameplay est également réussi, exploitant bien les particularités de la DS, bien que les manipulations au stylet manquent parfois un peu de précision ce qui s’avère gênant pour sélectionner les petits objets par exemple.

2 COMMENTAIRES

  1. Non je n’ai pas testé le premier (pas encore du moins :p), par contre tu trouveras facilement des critiques sur le net. D’après ce que j’ai lu les différences entre les deux ne me paraissent pas énormes mais c’est vraiment du pifomètre!

Laisser un commentaire