Tears and Pride

Courageux et digne jusque dans ses dernières heures, le père de Barbara nous a quittés il y a quelques semaines. Amputée d’un de ses membres, notre petite Famille de Geeks continue d’avancer, mais n’oublie pas.

Oser l’aventure d’un blog n’est pas chose aisé lorsqu’on joue le jeu de la sincérité, car cela implique de se livrer dans les bons mais aussi dans les mauvais moments. Certains trouveront cela impudique, d’autres crieront au pathos vulgaire. Peu importe ! Ce blog existe certes pour vous faire partager nos émotions légères et futiles, mais aussi pour nous servir d’exutoire et pour conserver notre « mémoire familiale ».

Jean Baptiste nous a donc quittés, et nous ne le pleurons pas. Ce n’est pas l’envie qui nous manque, tant son absence pèse et pèsera pendant bien longtemps. Mais il a tellement imprégné sa famille de fierté qu’elle s’efforce de lui rendre hommage comme il le souhaitait. Et il ne voulait pas nous voir pleurer, alors nous ne pleurons pas.

Oh, nos relations gendre / beau-père n’ont jamais été vraiment simples. Moi, le « pinzutu », si différent de lui, venu lui voler sa fille unique du jour au lendemain… Même si je sais m’être un peu rattrapé quelques années plus tard avec la venue au monde de Florence, il n’a pas toujours été facile de meubler les conversations. Alors je me suis raccroché à notre point commun le plus évident : le jeu vidéo.

IMG_0038-1024x768

Car Jean Baptiste était un gamer, un vrai, capable de passer des centaines d’heures sur le même jeu pour en connaître toutes les subtilités. Alors que je suis un gamer compulsif / boulimique, lui était capable de rester des mois ou des années sur le même titre, pour aller toujours plus loin et connaître l’intelligence artificielle par cœur. Ses cibles préférées ? Deus Ex, Age of Empires et la série des Commando.

Jean Baptiste adorait le jeu vidéo, mais qu’il était difficile ! Lassé de le voir jouer toujours aux même titres, j’ai tenté pendant des années de lui faire découvrir d’autres choses, d’autres genres. Ca en devenait un rituel, moi arrivant le dimanche pour lui proposer une petite fournée de nouveautés, et lui en train d’y jouer quelques minutes pour me faire plaisir, sans conviction. Heureusement pour mon égo, il m’arrivait, très rarement, de réussir à trouver LE jeu qui allait l’occuper des centaines d’heures.

Petit à petit, nos relations se sont normalisées. J’ai appris à le connaître et il a appris à m’accepter. Il me restera juste cet énorme regret de n’avoir pas réussi à le faire s’exprimer sur ce blog. Le passage par la case écriture le rebutait, et je n’ai pas pris le temps de recueillir oralement ses impressions de gamer pour les retranscrire ici. Et j’enrage.

P1020255-1024x768

Courage, droiture, fierté, Jean Baptiste aurait fait un parfait héros de jeu vidéo. Il s’est éteint comme dans un film, en protégeant ses proches jusqu’au bout et en étant capable de leur insuffler la force suffisante pour affronter la tristesse et le manque. RIP.