The Last of Us : promesse ou fantasme ?

0

J’ai passé l’âge de fantasmer sur les annonces de jeu. Chaque semaine, tel titre fait le buzz, à grands coups de screenshots photoréalistes, de trailer explosif et impressionnant, de nouveautés de gameplay qui feront passer tous les autres jeux du genre pour des fossiles préhistoriques…

Malheureusement, chaque semaine apporte également son lot de déceptions, de jeux indignes de toutes ces belles promesses. Non franchement, j’ai passé l’âge de fantasmer sur les annonces de jeu. Définitivement. Jusqu’à la prochaine fois…

Car par hasard, ignorant le buzz incroyable qui a entouré sa sortie (j’ai pu en avoir une petite idée après coup), je suis tombé sur ce trailer. Attention, éloignez les enfants et les âmes sensibles, c’est du vrai 18+ qui fait peur !

Voilà, 2 minutes 30 de bouche bée, de mâchoire tombante jusqu’aux genoux, de bave aux lèvres et de sourire béant. J’ai pris ce trailer comme une promesse de moments heureux pad en main. J’y ai retrouvé un petit air de « Walking Dead ». J’y ai trouvé des émotions de « Je suis une légende ». J’ai aimé l’idée de voir Naughty Dog donner un superbe petit frère à Uncharted, un des jeux qui m’a le plus scotché sur ma PS3.

J’ai recommencé à fantasmer sur une annonce de jeu. Et je me suis souvenu que la dernière fois remontait à loin et un certain « The Last Guardian », monstre poétique toujours en cours de développement et dont l’accouchement est incertain. Et soudain, la promesse est devenue crainte.

Laisser un commentaire