Vis ma vie de Papa Geek : S01E04

« Hier soir s’est déroulée une soirée console regroupant trois ludomaniaques jusqu’à plus d’une heure du matin ».
A la lecture de cette phrase, je vois d’ici les clichés qui se bousculent dans vos têtes : 3 mecs un peu beauf, de la pizza partout sur le canapé, de grandes tapes dans le dos bien viriles, des blagues douteuses, beaucoup de bières et des parties de Fifa ou de Street Fighter qui s’enchainent. Raté.

« Hier soir avait bien lieu une soirée console regroupant trois ludomaniaques, mais deux d’entre eux sont de sexe féminin ».
Exit Fifa et la pizza et place à Singstar…

Vous le savez déjà si vous venez ici régulièrement, j’assume parfaitement mes goûts parfois un peu décalés. Et donc j’assume parfaitement le fait d’aimer jouer à Singstar. Voilà, c’est dit, vous pouvez vous moquer.

Fan et fier de l’être

Oui, j’aime passer une soirée entière à me faire battre à plate couture. Oui, je prends du plaisir à chanter du Christophe Willem, du Willy Denzey ou du Helmut Fritz. Oui, je chante de la merde et j’aime ça !!!

D’ailleurs je revendique clairement le statut de fan de Singstar. Je vous en ai quand même déjà parlé , mais aussi , , et même , ou encore . J’suis bien aidé, vu que Babs a tout de même eu l’honneur d’une parution sur le Singstar Blog, site officiel malheureusement décédé. Avouez, ça force le respect.

Pikachu en guest-star

Steph, Babs, mais qui est donc le 3e ludomaniaque ? Et bien notre nouvelle blogueuse ciné : Pikachu. Pour tenter d’imaginer Pikachu devant Singstar, dites-vous que lorsque Babs dort à moitié sur le canapé et que moi-même je commence à légèrement décliner, Pikachu en redemande et serait prête à se refaire l’intégralité de la Playlist en prenant soin de ne surtout pas éviter les chansons les plus pourries du monde, ce sont celles qu’elle préfère. Je pense que si j’achetais sur le Singstore des chansons en Vietnamien ou en Polonais, elle voudrait quand même qu’on s’y colle.

« Hier soir avait lieu une soirée Singstar jusqu’à plus d’une heure du matin, et les voisins n’ont même pas râlé ».
Ça a du bon de vivre en maison individuelle…

C’est tout pour aujourd’hui. Dans le prochain épisode, vous saurez si j’ai enfin compris le véritable sens poétique de ces paroles, tirés d’un titre du groupe NZH (garanti sans trucage) : « Si tu die die, je pourrais pas te dire bye bye »… Ou pas !