Viva Pinata, jeu pour enfant ?

C’est presque forcé que j’ai rejoué récemment à Viva Pinata, pour ne plus réussir à m’en passer. Petite histoire d’une lubie de Ludomaniaque.

Tout a commencé assez bêtement, banalement. Florence, ma fille de 4 ans, voulait pouvoir me regarder jouer à un jeu sur la console. Il faut dire que je suis particulièrement attentif à mes choix de jeux quand ma fille est dans les parages, et que la pauvre est assez frustrée de ne pas pouvoir regarder son papa. Direction donc l’étagère de jeux histoire de trouver quelque chose qui lui fera plaisir.

Les yeux bleus de ma fille balayaient la rangée de titres, quand d’un coup son doigt s’arrêta net ! Papa, je veux jouer à ca : Viva Pinata ! J’aurais du m’en douter. Avec une typo enfantine et ces animaux colorés en couverture, la jaquette attire l’œil. Me voilà tout enthousiaste, motivé comme pour aller au boulot un lundi matin, mais une promesse est une promesse. Jouons donc à Viva Pinata.

4 jours plus tard, l’addiction a encore frappé. Au hasard, sans prévenir. Depuis 4 jours, le rituel Viva Pinata du soir est un vrai moment de bonheur. Je pense attendre ce moment bien plus que ma fille. D’ailleurs, elle commence déjà à passer à autre chose, jouant avec moi quelques minutes, puis retrouvant ses jouets et ses histoires. Sauf que moi je continue sans elle, happé, presque hypnotisé par ces animaux imaginaires et ces graines en tout genre.

Bien évidemment, toute ma crédibilité d’homme sérieux et responsable a complètement disparue aux yeux de ma femme, qui n’en finit plus de souffler et de hausser les épaules quand, fièrement, je me mets à lui hurler : « Regarde ! J’ai réussi à attirer un BunnyComb ! Oh non, le Crowla Piquant est en train de rendre malade mon Fudgehog ! »

Ridicule n’est-ce pas ? Mais le pire, c’est que j’ai même pas honte ! Et ce soir, j’ai bien l’intention de réussir enfin à apprivoiser un Swanana !

Viva Pinata, disponible depuis des lustres (et trouvable pour pas cher je pense) sur Xbox360 et PC.